Les aides à la création d’entreprise pour les femmes : un levier pour l’égalité et le dynamisme économique

En France, les femmes représentent près de la moitié de la population active, mais seulement un tiers des créateurs d’entreprises. Pourtant, il existe de nombreuses aides à la création d’entreprises spécifiquement destinées aux femmes. Découvrez dans cet article les différentes formes de soutien qui peuvent leur être apportées.

Les aides financières dédiées aux femmes entrepreneures

Plusieurs dispositifs financiers ont été mis en place pour soutenir les projets portés par les femmes. Parmi eux, on retrouve :

Le FGIF (Fonds de Garantie à l’Initiative des Femmes): créé en 1989, ce fonds permet de garantir jusqu’à 70% des prêts bancaires accordés aux femmes entrepreneures. Il est géré par France Active et bénéficie du soutien de l’État et des régions.

Les prêts d’honneur: plusieurs réseaux proposent des prêts d’honneur sans intérêt et sans garantie pour les femmes entrepreneures. Parmi eux, Initiative France, Réseau Entreprendre ou encore les plateformes régionales d’aide à la création d’entreprise.

L’aide au chômeur créateur ou repreneur d’une entreprise (ACCRE): cette aide consiste en une exonération partielle des charges sociales pour les créateurs et repreneurs d’entreprise. Elle est accessible à toutes et tous, mais son montant peut être majoré pour les femmes enceintes, les mères célibataires ou les personnes ayant la charge d’un enfant handicapé.

Les dispositifs d’accompagnement et de formation

Au-delà des aides financières, il existe de nombreux dispositifs destinés à accompagner les femmes dans leur projet entrepreneurial. Ces programmes proposent du coaching, des formations et des conseils pour faciliter le lancement et le développement de leur entreprise.

A lire  L'analyse PESTEL : un outil stratégique incontournable pour les entreprises

Les réseaux d’accompagnement spécifiques: plusieurs réseaux se sont spécialisés dans l’accompagnement des femmes entrepreneures. Parmi eux, on peut citer Action’elles, Bouge ta Boîte, Force Femmes ou encore Les Premières. Ces structures proposent un suivi personnalisé et adapté aux besoins des femmes.

Les incubateurs et accélérateurs: certains incubateurs et accélérateurs d’entreprises ont développé des programmes spécifiques pour soutenir les projets portés par des femmes. C’est le cas par exemple de Paris Pionnières, Willa (anciennement Paris Women’s Forum) ou encore Réseau M dans certaines régions.

Le mentorat et le parrainage: plusieurs associations proposent un accompagnement individuel basé sur la relation entre une femme entrepreneure et une marraine ou un parrain expérimenté(e). Ce dispositif permet de bénéficier de conseils avisés et d’un réseau professionnel étendu. On peut citer par exemple 100 000 Entrepreneurs, WIF (Women Initiative Foundation) ou encore Elles Entreprennent.

Les mesures spécifiques pour les femmes dans les dispositifs d’aide à la création d’entreprise

En plus des aides spécifiquement dédiées aux femmes, certaines mesures ont été mises en place pour favoriser leur accès aux dispositifs d’aide classiques. Par exemple :

La prise en compte de la parité dans les critères de sélection: plusieurs dispositifs d’aide à la création d’entreprise, comme le Concours Talents BGE ou le Réseau Entreprendre, ont intégré la parité dans leurs critères de sélection. Ainsi, ils s’engagent à soutenir un nombre équivalent de projets portés par des hommes et par des femmes.

Le développement de l’égalité femme-homme au sein des entreprises: certaines aides publiques sont conditionnées au respect de l’égalité entre les femmes et les hommes. Par exemple, pour bénéficier du Crédit Impôt Recherche (CIR), les entreprises doivent mettre en place des actions en faveur de l’égalité professionnelle.

A lire  ACRE : Le dispositif d'aide aux auto-entrepreneurs qui change la donne

Les chiffres clés sur l’entrepreneuriat féminin en France

Selon une étude réalisée par l’Insee en 2020, on constate que :

  • 30% des créateurs d’entreprises individuelles sont des femmes;
  • 40% des auto-entrepreneurs sont des femmes;
  • Les secteurs où les femmes sont le plus présentes sont les services aux particuliers (53%), la santé et le social (50%) et l’éducation (48%);
  • Les femmes entrepreneures ont en moyenne un chiffre d’affaires inférieur de 25% à celui des hommes.

Malgré ces disparités, il est important de souligner que les entreprises créées par des femmes sont en moyenne plus pérennes que celles créées par des hommes. En effet, selon une étude menée par Bpifrance, le taux de survie à trois ans des entreprises dirigées par des femmes est de 72%, contre 68% pour celles dirigées par des hommes.

Ainsi, soutenir l’entrepreneuriat féminin représente un enjeu majeur pour l’égalité entre les sexes et la dynamisation du tissu économique français. Les dispositifs d’aide présentés dans cet article peuvent être un levier efficace pour favoriser l’émergence de projets portés par des femmes et contribuer ainsi au développement d’une économie plus inclusive et équilibrée.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*