Une TPE : les différents types de prêts possibles

Souvent, les TPE confrontent à des obstacles financiers, et doivent recourir à un prêt, afin de refinancer leur activité. Cela leur permet de relancer leur entreprise, et d’étendre leur activité principale. Les conditions et les offres varient en fonction de l’établissement prêteur. Quels sont alors les types de prêts accessibles aux TPE ?

Les crédits de trésorerie

Ce type de prêts consiste à financer un projet d’une TPE, à court terme. Les conditions varient en fonction de la situation financière et de l’activité de l’entreprise en question. Les offres se présentent sous forme de :

  • Crédit de campagne : ce type d’offre est souvent conçu pour les usages saisonniers. Il aide à combler l’écart entre la vente et l’approvisionnement. Ainsi, l’entreprise doit le rembourser durant la haute saison, par le biais de la vente réalisée
  • Découvert autorisé : celui-ci requiert le paiement d’une commission au prêteur.
  • Facilité de caisse : le montant du prêt autorisé est fixe, et le taux d’intérêt peut être personnalisé

Crédit bail

Ce genre de prêt est souvent utilisé dans les locations d’équipements, tel que dans le mobilier ou dans le transport. Il consiste à demander un achat de l’équipement, et de le louer durant une période déterminée. Il est à noter qu’il n’appartient pas à la TPE, et cette dernière peut le rendre, à la fin du contrat. Mais elle a également le droit de le racheter, en fonction de son moyen de paiement. Un bon nombre de prêteurs offrent la possibilité de faire une vente location. Cela aide à éviter un investissement important, d’un coup, afin d’acquérir le bien.

CMCC ou crédit de mobilisation de créances commerciales

Cela consiste à prêter de l’argent, tout en cédant au prêteur les créances professionnelles. Il existe trois offres correspondantes, notamment la cession daily, l’affacturage et l’escompte. Pour la cession daily, le TPE doit céder les créances au prêteur, en contrepartie de la somme totale de celles-ci. Quant à l’affacturage, le prêteur assure le recouvrement, la relance et le suivi, liés aux factures. L’escompte consiste à prêter immédiatement la somme, par le biais d’un effet de commerce, sans avoir à attendre l’échéance. Le prêteur paie, en avance, le montant, et se chargera du recouvrement lors de l’échéance.

Crédit interentreprises

Il s’agit d’un prêt entre deux ou plusieurs entreprises, par le biais des relations commerciales de ventes ou d’achat. Le prêteur avoir un statut d’une SARL ou d’une société par actions. D’ailleurs, un commissaire aux comptes doit authentifier ses comptes. La durée du prêt ne doit pas excéder les deux ans, et un contrat de prêt massif est à établir. Cependant, cela nécessite une trésorerie positive et nette, et un plafond est mis en place. Face aux autres méthodes, celle-ci dispose d’une formalité plus simple et plus souple, en particulier, à l’échelle de la banque.